Vous ne l’aurez pas manqué, les emojis ont la côte en ce moment 📈 ! On les retrouve partout : dans nos messageries instantanées, dans les sujets de campagnes d’emailing marketing mais aussi dans des applications, parfois même professionnelles.

Il faut dire que c’est chouette un emoji : ça permet de transmettre une émotion, de clarifier un message ou encore d’apporter une petite touche de couleur et de fun là où on a pas toujours beaucoup de marge de manœuvre sur la mise en forme.

Avec le temps, on dirait qu’il y a deux camps : ceux qui adorent et ceux qui détestent (je suis évidemment dans le premier camp 😇 : personnellement, je n’hésite donc pas à en utiliser !) Alors quand j’ai eu l’opportunité de travailler sur une application pro où leur utilisation était tout indiquée, j’ai voulu m’assurer de faire ça dans les règles de l’art.

Voici donc quelques petites choses à avoir en tête quand on utilise des emojis :

Un emoji est plus long qu’il en a l’air

Un emoji, c’est court, c’est mignon, ça ne prend pas de place. Sauf pour les personnes à déficience visuelles utilisant un lecteur d’écran : c’est la description de l’emoji qui sera lue à la place. Et une description peut être assez longue.

 

L’extrait audio ci-dessus est le SMS réponse d’une amie que me disait « 🙈🤞🏻🤞🏻🤞🏻 okok bon bah bon courrage 😘😘 😘 » (je venais de lui dire que j’attendais les résultats d’un test covid…). La synthèse vocale de mon téléphone le lit ainsi : « Singe qui se cache les yeux main avec index et majeur croisé teint clair main avec index et majeur croisé teint clair main avec index et majeur croisé teint clair okok bon bah bon courage visage envoyant un baiser visage envoyant un baiser visage envoyant une baiser ». Le contenu réel du message est complètement caché par des descriptions difficiles à identifier.

Un emoji peut en cacher un autre

Puisqu’avec un lecteur d’écran, la description de l’emoji est lue, cela peut donner lieu à de drôles de surprises si on utilise un emoji dont seul le sens visuel correspond.

Ainsi, pendant la pandémie, l’Organisation Mondiale de la Santé a par exemple twitté ce message : « Protégez-vous du #COVID19 : lavez-vous les 👐 avec du 🧼 et 💦 ». Les personnes voyantes auront probablement réussi à déchiffrer le texte mais les personnes utilisant un lecteur d’écran entendront la recommandation suivante : « Lavez-vous les mains ouvertes avec du savon et éclaboussures de sueur ». (Bon appétit bien sûr…)

Il est aussi à noter que chaque lecteur d’écran compose avec les emojis à sa manière. Par exemple :heart: sera lu comme « cœur rouge » avec VoiceOver (le lecteur d’écran intégré sur Mac) et comme « amour » avec NVDA (le lecteur d’écran libre compatible Windows). Il est donc difficile d’anticiper exactement le rendu d’un texte.

Un emoji n’est pas toujours clair

Les emojis peuvent porter à confusion : « Oui, je la connais bien 😌 » n’a pas tout le même sens que « Oui, je la connais bien 😔 » mais la nuance entre deux petites images jaunes de quelques pixels de large sera difficile à cerner pour les personnes ayant du mal à interpréter les expressions (certaines personnes autistes ou personnes atteintes de prosopagnosie) ou pour les personnes ayant des troubles de la vision.

blurry-emojis.png
Il est difficile de cerner les émotions représentées par un emoji pour les personnes mal voyantes.

Les voyants ne sont pas non plus à l’abri d’une mauvais compréhension puisque, chaque plateforme ayant sa propre banque d’émojis, un visage souriant sur une plateforme pourra s’afficher comme grimaçant sur une autre.

emoji-plateformes.png
Le sourire d’Apple paraît grimaçant alors que le sourire de Google semble extatique. Source: Inconsistent emoji designs muddle conversations

Un emoji n’est pas toujours visible

La lisibilité, ou plutôt la visibilité, d’un emoji dans un texte est mis en difficulté par deux variables : de quelle couleur sera l’émoji ? sur quel fond sera l’émoji ? La réponse à ces 2 questions dépend de la plateforme qu’utilise l’utilisateur, ainsi que de l’application dans laquelle le message est lu.

Par exemple, l’émoji ➕ (plus) est de couleur noire sur la majorité des plateformes (mais bleu ou rouge sur d’autres). Il sera très contrasté sur fond blanc mais peu lisible sur des fonds foncés (comme c’est le cas sur l’application Twitter en mode nuit ou sur Tweetdeck).

tweet-plus
Les emojis ➕ et ➖ sont peu visibles sur fond sombre.

Un emoji peut appuyer un message

Pour autant, tout n’est pas à bannir dans l’utilisation des emojis ! Par son côté visuel, un emoji choisi de manière pertinente peut apporter de l’impact à un message, pour peu qu’on respecte quelques bonnes pratiques.

D’abord, voici les pratiques à éviter quand on utilise des emojis :

  • Utiliser plusieurs fois le même émojis à la suite 😭😭😭.
  • 👏 Utiliser 👏 plusieurs 👏 emojis 👏 au 👏 milieu 👏 d’une 👏 phrase.
  • Utiliser des émojis au milieu (ou à la place) d’un Ⓜ️ot (mot).
  • 👎 ❌ Mettre les informations importantes après un ou plusieurs emojis.
  • 😭 Donner de l’information uniquement pas le biais d’un emoji.
  • Utiliser les kaomoji (emojis en ascii art) ¯\_(⊙︿⊙)_/¯
  • Ⓞⓝ é𝕧𝕚𝕥𝕖 🅐🅤🅢🅢🅘 évídéḿḿéńt 𝐥𝐞𝐬 𝖈𝖆𝖗𝖆𝖈𝖙è𝖗𝖊𝖘 𝑼𝒏𝒊𝒄𝒐𝒅𝒆 𝗊𝗎𝗂 🄽🄴 🆂🅾🅽🆃 ραѕ ↁэѕ vraies ʟᴇᴛᴛʀᴇꜱ 𝕡𝕠𝕦𝕣 é𝖼𝗋𝗂𝗋𝖾 ⓓⓤ 𝖙𝖊𝖝𝖙𝖊.

Mais surtout, voici comment on peut utiliser des emojis :

  • Utiliser des emojis de temps en temps ✅.
  • Placer l’émoji à la fin d’une phrase ou d’un message 👍.
  • Mettre les informations importantes avant l’émoji ⬅️.
  • Choisir un emoji pertinent (par son apparence mais aussi par sa description).
  • S’assurer que le message a du sens même sans emoji 😇.

Pour aller plus loin

Voici quelques ressources supplémentaires (toutes en anglais) :

3 commentaires sur « Des emoji accessibles »

  1. Excellents rappels !

    Et il faut aussi signaler la très déplorable décision d’Apple de transformer systématiquement certains symboles (genre ⏯ ) en leur version emoji, ce qui fait perdre la couleur courante, et donc pose, comme tu le dis des soucis de contraste.
    Il faut donc souvent le précéder du code U+FE0E .

    Autre chose, les emoji peuvent avoir une symbolique culturelle cachée. Si on a deux symboles pour représenter une banque, donc une avec les lettres « BK3, c’est que cette dernière est une … insulte en japonais ! (« baka » = « crétin »).

    Faut que je remette à jour mes articles d’il y a 10 ans…

    J'aime

  2. Merci pour cet article très clair et accessible.
    J’ajouterai aux bonnes pratiques plus « techniques », par exemple lorsqu’on créé un site web, si on doit insérer des émojis à but purement décoratif (qui n’apportent pas pas de sens), il faut absolument indiquer aux lecteurs d’écran de les ignorer (par exemple en les enveloppant d’un élément HTML qui aura l’attribut aria-hidden= »true »).
    Si ces émojis apportent un sens, il est également préférable d’indiquer aux lecteurs d’écrans de ne pas les lire, et de placer du texte explicite uniquement à destination de ces derniers (via des règles CSS, par exemple : https://webaim.org/techniques/css/invisiblecontent/#offscreen).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s