Sauf à ne plus cliquer sur aucun lien, les gros encarts pour « respecter votre vie privée » sur tous les sites webs utilisant des cookies ne vous auront pas échappés. Voici un exemple, chez Slate.fr par exemple, dont je lis souvent les articles (principalement à cause de la fabuleuse newsletter de Titiou).

Capture d’écran 2018-11-16 à 09.31.36.png
Sur slate.fr, le respect de ma vie privée est « leur priorité » #onYCroit

Sur cette page, j’ai deux choix : cliquer sur « J’accepte » ou cliquer sur « Afficher toutes les utilisations prévues ».

Personnellement, je n’accepte pas que Slate utilise des cookies pour « personnaliser les contenus et les publicités ». Il semblerait donc que je n’aie pas le choix : je dois choisir « Afficher les utilisations prévues ».

Capture d’écran 2018-11-16 à 09.35.26.png
Slate.fr n’a pas moins de 10 autorisations prévues pour utiliser mes données personnelles.

Là, (bonne ?) surprise : toutes les autorisations demandées semblent déjà désactivées. Comme j’ai la flemme de scroller pour le vérifier, généralement, je clique sur « Tout refuser » puis sur « Enregistrer et quitter ».

Ça y est, miracle, après 3 clics et 30 secondes, j’ai enfin accès à l’article que je souhaite lire ! Enfin… jusqu’à ma prochaine visite…

Mais à chaque fois que je fais cette procédure (au moins une fois par jour donc, un peu comme Stéphanie Walter), je suis un peu frustrée : déjà parce que je dois refaire (éternellement ??) la même manipulation, et puis parce que chaque fois que je constate que les cookies semblent désactivés par défaut, je me demande si j’aurais pu cliquer tout simplement sur « J’accepte » sur le premier écran ? (La réponse est : évidemment non, en faisant ça, j’accepterais le dépot des cookies).

Pourtant, la solution utilisée (Quantcast Choice) offre bien une option pour que le bouton « Refuser tout » soit affichée au même niveau que le bouton « J’accepte », mais beaucoup d’éditeurs ne l’activent pas… Ils attendent la première jurisprudence pour se mettre en conformité… (Merci Julien Lafont pour l’information).

Quantcast.jpg
Interface administrateur de Quantcast Choice

Je découvre ainsi que :

  • Il existe bien une option « Show reject button ». POURQUOI PERSONNE NE L’ACTIVE ?
  • Il existe aussi une option permettant de choisir tous les combiens de jours on (re)demande aux utilisateurs récalcitrants de partager leurs informations personnelles. (Probablement en espérant que si on me le demande chaque jour, je vais finir par capituler…)

 

Bref, vous avez absolument envie de fliquer vos utilisateurs ? Suivez l’exemple de Quantcast… Mais légèrement hors la loi aussi, car dans la théorie, il devrait être aussi simple d’accepter le consentement que de le refuser, et aujourd’hui ça n’est clairement pas le cas…

En attendant, l’extension Firefox QookieFix peut vous sauver en faisant apparaitre le fameux bouton « Je refuse » sur les sites intégrant la solution de consentement de Quantcast (merci à Mathieu pour l’information !).

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s